Accueil » Cuisine russe » Habitudes et préférences alimentaires des russes

Habitudes et préférences alimentaires des russes

La nourriture est non seulement une source de plaisir et une sphère de créativité, mais aussi un guide de l’histoire des cultures. Presque chaque type de nourriture ou de plat a sa propre base historique, donc en essayant un plat traditionnel local, nous nous approchons de la compréhension de l’histoire du lieu. La même chose s’applique à la cuisine russe: elle reflète l’histoire et le mode de vie de la nation russe. Examinons donc aujourd’hui les habitudes alimentaires et les préférences alimentaires des russes.

“Bouillie de beauté”

Tout au long de l’histoire, les Russes ont été proches de la terre. Cultivant diverses cultures et collectant leurs grains, nos ancêtres ont inventé de nombreuses façons différentes de les transformer et de les cuire. Il constituait la base de nombreuses bouillies russes. La culture la plus populaire dans la Russie moderne est l’avoine à partir de laquelle les flocons d’avoine sont produits et utilisés pour faire une bouillie au petit-déjeuner. Les substances contenues dans les flocons d’avoine réduisent les taux de sucre et de cholestérol dans le sang, agissent favorablement sur les fonctions de l’estomac, protègent la peau du visage contre les irritations. Ils contiennent également de nombreux micro-éléments et fibres utiles, ce qui en fait un plat idéal pour le petit-déjeuner.

Produit laitier

En plus de travailler dans les champs, les russes étaient engagés dans l’élevage. L’un des animaux domestiques les plus précieux pour les paysans était une vache. Le lait de vache gras est devenu le principal ingrédient de divers produits laitiers. En expérimentant avec le lait, ainsi qu’avec différents levains et technologies de traitement du lait, les russes ont été en mesure de créer une variété de produits laitiers uniques et variés qui sont populaires et appréciés par la population de notre pays jusqu’à présent. Si vous êtes un fan des produits laitiers, vous devez absolument essayer du fromage russe, de la crème, du kéfir, du ryajenka (lait cuit fermenté), du lait caillé aigre et du lait cuit. Dans la liste des aliments préférés pour le petit-déjeuner, le fromage frais à la crème fraiche occupe la deuxième place après l’avoine.

Fruits et légumes marinés, fermentés et en conserve

Non moins populaires sont divers légumes marinés et fermentés. Au cours d’un été court et souvent froid et stérile, la tâche principale des personnes était de conserver le plus longtemps possible la nourriture qu’elles avaient pu rassembler. La seule façon de le faire était d’ajouter des conservateurs naturels comme le sel ou le sucre, en préparant des aliments fermentés et marinés. Et vous pouvez le faire non seulement avec les légumes que vous cultivez vous-même, mais aussi avec divers champignons et racines trouvés dans la forêt. Les baies et les fruits, tels que les pommes ou les prunes, ont également été conservés sous forme de confitures et de compotes. Cette tradition consistant à conserver les aliments pour l’hiver n’a pas perdu de sa popularité après l’invention du réfrigérateur et reste d’actualité. La choucroute que les gens préparent en grande quantité est la nourriture marinée la plus populaire en Russie.

Quelle est la tête de tout ?

Les Russes disent “хлеб всему голова” (le pain est la tête de tout). Depuis l’Antiquité, le pain était un symbole de la vie et du travail. Il est impossible d’imaginer la cuisine russe sans elle. Il était de tradition de rencontrer les invités les plus chers avec du pain et du sel en signe de profond respect. En Russie, on aime particulièrement le pain noir sans lequel aucun déjeuner ou dîner ne peut aller. Le pain en Russie diffère des pains des pays occidentaux et orientaux en raison du broyage grossier spécial des grains de seigle et de l’ajout d’une levure spéciale qui confère à la pâte un goût et une texture uniques.

Soupes

La soupe occupe l’une des places centrales de la cuisine russe. La soupe en tant que plat chaud et nourrissant est devenue la base du dîner russe. Il existe même un dicton en russe qui souligne l’importance d’une soupe pour les russes: «Une fois par jour, la soupe doit être dans l’estomac).

Aujourd’hui, on peut compter un grand nombre de soupes différentes qui ont leur propre nom en fonction de leurs ingrédients. Les soupes russes les plus appréciées sont le bortsch, le shchi (peut être préparé à partir de chou frais ou de choucroute, accompagné de champignons et d’autres ajouts), de rassolnik (soupe de viande ou de poisson avec des concombres marinés ou salés), soupe avec des cornichons et une variété de viandes). Il y a aussi des soupes froides qui sont mangées en été chaud. La soupe d’été principale – okrochka – est composée de légumes et de viande avec du kvas ou du kéfir. Une autre soupe d’été, la botvinia, est également une soupe de légumes et de viande à l’eau additionnée de feuilles de betterave. Habituellement, ce sont les deux soupes qui surprennent le plus les touristes étrangers lorsqu’ils goûtent aux plats russes.

Okrochka avec du kefir
Okrochka avec du kefir

“Roi des salades”

Si vous avez déjà été invité par une famille russe ou lu le menu dans un restaurant russe, alors vous avez sûrement été surpris par l’abondance de mayonnaise dans les plats russes. L’histoire de la mayonnaise en Russie est très courte. En 1939, l’un des cuisiniers du Kremlin introduisit une nouvelle sauce – “Provençale” – qui ressemblait de loin à une provençale existante. Le camarade Staline a tellement aimé l’invention que la sauce Provençale a été lancé en fabrication de série sous le nom de “Mayonnaise Provençale”. Cette nouvelle sauce était riche en calories et avait un goût agréable qui compensait la mauvaise alimentation des Soviétiques. Les gens ont commencé à inventer diverses recettes de salades à base de mayonnaise.

L’époque soviétique est révolue, mais la dépendance à la mayonnaise demeure. Aujourd’hui, il est impossible d’imaginer la cuisine russe sans les célèbres salades soviétiques à la mayonnaise: Olivier, Hareng sous les manteaux de fourrure, salades au crabe et au mimosa. Et malgré la tendance à une alimentation saine qui se répand dans le monde entier, la mayonnaise gagne en popularité – elle est ajoutée non seulement aux salades, mais aussi au four pour cuire de la viande ou du poisson ou se manger seule avec du pain et même pâtes.

Salade Olivier
Salade Olivier

Hareng

Beaucoup d’étrangers trouvent inexplicable l’amour russe pour le hareng qui se mange généralement salé avec du pain noir ou dans une salade. Vivant le long de nombreuses rivières, lacs et sur les rives des mers, nos ancêtres ont découvert un poisson intéressant: après sa cuisson, son goût laisse à désirer, mais lorsque vous le salez, le résultat dépasse toutes les attentes: le poisson devient tendre avec un goût agréable, légèrement épicé et original. C’est ainsi que la “tradition du hareng” a commencé. À l’époque soviétique, la pêche au hareng était très importante et faisait de ce poisson un mets abordable mais très savoureux. De nos jours en Russie, le hareng reste populaire et ses recettes de salage traditionnelles sont préservées.

“Reine des cultures”

Le sarrasin – “La reine des cultures” – est originaire du nord de l’Inde et du Népal. Après avoir parcouru un long chemin en Asie, au 15ème siècle, il est arrivé en Russie et est devenu populaire en raison de sa nature sans prétention. En Russie, le sarrasin ressemble à un petit grain solide de couleur brun foncé, contrairement à la France ou à l’Allemagne où le grain de sarrasin n’est pas aussi sombre et un peu verdâtre. Le sarrasin est bouilli dans de l’eau ou du lait. Il peut s’agir d’un plat séparé (souvent utilisé avec du lait, du beurre ou du sucre) ou servi comme plat d’accompagnement. Les principaux avantages de cette culture sont la facilité de préparation et un grand nombre de substances saines, bénéfiques pour le corps. Pour les étrangers qui n’ont jamais essayé le sarrasin, son goût peut sembler un peu amer et trop spécifique. C’est peut-être pourquoi, dans de nombreux pays, le sarrasin n’est pas aussi populaire qu’en Russie.

Lait concentré bouilli

Très probablement, vous avez entendu parler d’un produit tel que le lait concentré. Peut-être que vous l’avez même essayé et en connaissez le goût – très doux et laiteux. Le lait concentré était très populaire en URSS, étant souvent l’un des rares desserts que les parents pouvaient se permettre de donner à leurs enfants.

Maintenant, imaginez que vous prenez une boîte de lait concentré, que vous la mettez dans une casserole et que vous la faites bouillir pendant 3 à 4 heures. Pourquoi? – Vous demandez surpris. Pour obtenir un nouveau goût, unique et encore plus délicat. Ce qui est amusant, c’est que, si vous oubliez de rajouter régulièrement de l’eau qui s’évapore progressivement sur le feu, vous risquez de peindre les murs et le plafond de votre cuisine avec du lait condensé a cause du risque d’explosion de la boite.

Vous pourriez vous demander qui a eu cette idée? Il n’ya pas de réponse précise à cette question, mais une légende veut que le fils de l’un des chefs du parti de l’ère soviétique Anastas Mikoyan ait décidé de mener une telle expérience et a fait bouillir une boîte de lait concentré, qui a bien sûr explosé. Après cela, l’idée s’est répandue dans les masses et tout le monde a commencé à essayer de cuisiner une nouvelle friandise, mais maintenant en “observant les précautions de sécurité”.

Gâteau au lait concentré bouilli
Gâteau au lait concentré bouilli

La consclusion

Cet article peut être considéré comme un mini-guide sur les caractéristiques les plus importantes de la cuisine russe que peu de gens connaissent. Vous avez l’habitude d’entendre beaucoup parler du blini, du pelmeni et des tartes traditionnels russes, mais si vous avez la possibilité d’essayer quelque chose de nouveau et d’inhabituel dans la cuisine russe, ne manquez pas votre chance !

L'auteur: Aleksandra Shilovskaia

Culturologue, étudiante en maîtrise à l'université Herzen, professeur de russe en langue étrangère et promotrice de la culture russe. Plus d'articles de Aleksandra