Kochtcheï l’Immortel – Le visage de la peur et de l’horreur

0

Dans un de nos articles précédents, nous vous avons narré l’histoire d’un personnage sombre mais populaire des contes russes, Baba Yaga. Notre histoire du jour concerne un autre personnage maléfique appelé Kochtcheï l’Immortel.

Kochtcheï l’Immortel – Le visage de la peur et de l’horreur

L’image de Kochtcheï dans les contes

Kochtcheï est un magicien puissant mais diabolique. Dans de nombreux contes, il change tout le royaume en pierre, le personnage principal en noix et la princesse en serpent. Kochtcheï lui-même a pour habitude de se métamorphoser en corbeau. Il est capable de soulever une épée de cinq-cents livres, ainsi que de se battre toute la journée contre le protagoniste du conte et de gagner.

L’apparence de Kochtcheï dans les contes est assez floue ; il n’existe pas de description détaillée de lui, mais plutôt juste quelques mentions rares de caractéristiques physiques. Les cinéphiles et amateurs de la littérature connaissent Kochtcheï sous l’apparence d’un vieil homme maigre vêtu d’un costume sombre. Sa peau est si pâle et tendue que les contours de son crâne et de ses orbites sont clairement visibles. Son visage est encadré de sourcils ténébreux et présente un nez crochu. Pour certains, il arbore une longue barbe, tandis que pour d’autres Kochtcheï est représenté sous forme de squelette.

Kochtcheï, à l’instar de Baba Yaga, est un représentant de l’« Autre » Monde, le monde de la mort. Le Royaume de Kochtcheï est fort lointain ; pour s’y rendre, le protagoniste doit parcourir les routes les plus longues, les plus compliquées et dangereuses, affronter de nombreux obstacles, demander des conseils et de l’aide à d’autres personnages, se battre avec des adversaires insidieux, et parfois même mourir pour renaître. Cette appartenance de Kochtcheï à l’Autre Monde est un autre point commun avec Baba Yaga : tout comme elle, il découvre la présence d’un humain chez lui par l’odorat.

Kochtcheï l'Immortel par Viktor Vasnetsov
Kochtcheï l'Immortel par Viktor Vasnetsov. Source: Wikipedia.

La chose la plus intéressante dans la personnalité de Kochtcheï est que sa mort est enfermée dans un lieu séparé de lui et protégé par plusieurs créatures et objets magiques mêlés les uns aux autres : « Il y a une île dans la mer, un chêne se dresse sur cette île, un coffre est enterré sous ce chêne, un lièvre se trouve dans ce coffre, un canard est dans le lièvre, un œuf est enfoui à l’intérieur du canard, une aiguille est dans l’œuf. Au bout de cette aiguille, se dissimule la mort de Kochtcheï. » Kochtcheï lui-même garde jalousement le secret de sa mort, ce qui le rend invulnérable face à ses ennemis. Seul un véritable héros peut retrouver la mort de Kochtcheï et l’obtenir avec l’aide de créatures magiques ou de Baba Yaga, qui se pose parfois en ennemi de Kochtcheï. Enlever de sa cache l’œuf contenant la mort de Kochtcheï affecte directement l’état de santé de ce dernier : il tombe malade et son état empire à chaque manipulation de l’œuf.

Russian Pod 101

Au début de nombreux contes, on retrouve Kochtcheï emprisonné et enchaîné dans une tour ou un donjon. Qui aurait bien pu capturer un magicien si puissant ? C’est souvent la future femme du protagoniste, qui n’est pas une simple mortelle, qui enferme Kochtcheï après qu’il a eu la mauvaise idée de la courtiser. Dans son donjon, il est suspendu par 12 chaînes, brûle dans un brasier, est assis dans un chaudron bouillant et ne reçoit pas de nourriture pendant des années. Épuisé par la faim et la soif, Kochtcheï ne meurt pas, mais perd seulement sa force extraordinaire. Cependant, après avoir bu trois seaux d’eau (le plus souvent apportés par le protagoniste), il brise ses chaînes et retrouve sa liberté.

Kochtcheï l'Immortel par Ivan Bilibin
Kochtcheï l'Immortel par Ivan Bilibin. Source: Wikipedia.

Les origines de Kochtcheï l’Immortel

L’origine de Kochtcheï est alimentée par de nombreuses rumeurs et légendes, mais aucune réponse définitive n’existe.

D’après certains chercheurs, un personnage dénommé Kachtcheï peut être retrouvé dans les contes russes, mais seulement à partir du XVIIIe siècle. Certains pensent que son prédécesseur était le dieu slave Karatchoune qui incarnait la mort et le froid. D’autres suggèrent que l’Immortel est une copie du roi de la mythologie germanique Odin. Un troisième groupe de chercheurs croient que Kochtcheï ne descend pas d’un prototype spécifique, mais représente simplement un sorcier doté de pouvoirs magiques.

Le nom « Kochtcheï » est un autre mystère non résolu. Beaucoup croient que ce nom peut être traduit par « os » et désigne une personne squelettique. Dans d’autre langues slaves, « kochtcheï » est un homonyme de « peau », « cou », et « os ».

Le rôle de Kochtcheï dans les contes

L’image de Kochtcheï l’Immortel est une des variantes de l’ennemi qui permet au protagoniste d’atteindre une nouvelle étape de sa merveilleuse existence, et sans qui il n’y arriverait pas.

Le conflit entre les personnages se déclenche toujours parce que Kochtcheï enlève la mariée du protagoniste ; parfois sans raison apparente, mais le plus souvent à cause d’une bavure faite par ce dernier. Il est, par exemple, entré dans une maison, une cave ou entrepôt qui lui étaient interdits. Violer cette interdiction libère Kochtcheï de cet espace fermé, après quoi il capture l’héroïne et l’emmène dans son royaume.

Kochtcheï dans un vieux film russe
Kochtcheï dans un vieux film russe

Dans les différents contes, les otages de Kochtchteï sont divisées en deux catégories principales. Certaines femmes se plient à sa volonté et deviennent son épouse, bien qu’elles ne l’aiment pas et cherchent à se libérer de leurs liens quand le protagoniste arrive les sauver. Les autres se refusent à lui et rejettent véhément les avances et harcèlement de leur geôlier. Elles voient un mariage avec Kochtcheï comme la mort, ou un destin encore pire que la mort.

Looking for Spanish translators

Sur base d’une comparaison des contes russes avec les données ethnographiques internationales, les chercheurs en sont venus à la conclusion que l’image de Kochtcheï le Ravisseur, à l’instar de Baba Yaga, renvoie au personnage de l’initiateur dans le système archaïque des rites maritaux. L’héroïne du conte, une mariée ou une jeune épouse, « est initiée » dans le royaume de Kochtcheï, et ce n’est qu’après qu’elle peut revenir à son fiancé ou époux humain. Au cours des cérémonies d’initiation, le personnage de l’initiateur, le fait que la personne initiée soit emmenée loin de toute repère, et l’état de l’initiée dans ce processus étaient associés à un complexe d’idées liées à la mort, ou plus précisément, à la mort temporaire. L’image de Kochtcheï l’Immortel est donc clairement associée avec l’idée de la mort, réelle et symbolique : la marié héroïne est isolée dans son royaume, un royaume de « l’Autre » Monde, c’est-à-dire le monde des morts.

La perte progressive de compréhension du sens de certains rites a changé la façon de percevoir l’image de l’initiateur (Kochtcheï). Dans la réalité des contes, il bénéficiait d’une autre perspective et a, sans aucun doute, commencé à être perçu comme une créature démoniaque et dangereuse, sombre et hostile au genre humain.

0
Traduit de l'anglais par A. Van Laere.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *