La datcha dans le cadre de la philosophie de la vie russe

0

Le fameux mot russe “datcha” (да́ча) est entré dans de nombreuses langues étrangères et n’a pas d’équivalent exact dans aucune d’elles. Souvent, le mot “datcha” est traduit par “chalet de campagne”, “résidence d’été” ou “villa”, mais aucune de ces traductions ne révèle complètement ce phénomène. La datcha n’est pas seulement une maison de campagne mais aussi un style de vie particulier. Intrigué? Alors cet article est pour vous !

La datcha dans le cadre de la philosophie de la vie russe

Beaucoup pensent que la datcha est un phénomène de l’ère soviétique, mais cette opinion est erronée. Les premières informations sont apparues en Russie sous Pierre le Grand, qui a confié à son peuple des domaines situés autour de Saint-Pétersbourg pour de bons services rendus à l’État. La principale condition pour un tel cadeau était l’ennoblissement du terrain sur lequel se trouvait la maison. Des chercheurs en linguistique ont étudié l’étymologie du mot “datcha”, dérivé du verbe дава́ть (donner). Cela fait de la datcha non seulement une maison, mais un cadeau coûteux et un symbole de distinction. Pendant longtemps, la datcha est restée le privilège des aristocrates et des fonctionnaires.

Cependant, au 19ème siècle, lorsque les idées du libéralisme devinrent de plus en plus populaires, la datcha perdit son statut de “lieu pour les élus” et devint abordable pour quiconque disposant du capital suffisant pour louer une maison d’été. La datcha en tant que lieu de repos est devenue particulièrement populaire en 1860-1880. À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, la datcha devint un phénomène social de masse: des “villages datcha” spéciaux étaient construits sur les rives des rivières et des lacs près des grandes villes. Par exemple, le village de datcha le plus célèbre près de Moscou s’appelait Perlovka et se situait au bord de la rivière Yauza. En 1880, il y avait 80 chalets. Dans chaque chalets, il y avait une douche et des toilettes personnelles, plusieurs chambres et une cuisine. Sur les rives de la rivière Yauza, des piscines ont été organisées, des musiciens ont été amenés au village deux fois par semaine et des troupes de théâtre de Moscou ont joué dans le théâtre d’été. Selon les mémoires de contemporains, obtenir une place à Perlovka était un bonheur, le loyer de ces datchas était payé trois ans à l’avance et le coût du loyer était comparable à celui de la location d’une maison dans le centre de Moscou.

Thé à la datcha, années 1900
Thé à la datcha, années 1900. Source: russiainphoto.ru.

La vie dans la datcha à cette époque n’était pratiquement pas différente de la vie en ville, si ce n’était la proximité de la nature. En mai, les familles et leurs domestiques s’installaient à la campagne, où ils menaient une vie calme et mesurée jusqu’au premier froid d’automne. Des bals de datcha et des salons littéraires étaient organisés comme divertissement, les familles allaient se rendre visite. Rien ne pouvait perturber ce style de vie bien installé. La proximité de la nature et de la terre réveille la créativité des gens. Ainsi, très souvent, des parterres de fleurs et des petits jardins ont été aménagés autour des datchas.

Une famille à la datcha, années 1910
Une famille à la datcha, années 1910. Source: russiainphoto.ru.

Après la Révolution, la datcha en tant que phénomène a perdu de sa pertinence pendant un temps. Ce n’est que dans les années 1930 qu’il a été décidé d’attribuer à des scientifiques de renom et aux membres du parti bolchevique des terrains exceptionnels sur lesquels se trouvent des maisons. Dans les années 50 du vingtième siècle, non seulement des scientifiques et des chefs de partis politiques, mais aussi des acteurs, des artistes et des écrivains ont commencé à recevoir des datchas. Dans le même temps, l’idée de créer des jardins collectifs pour “les gens ordinaires” était née: de grandes superficies étaient divisées en secteurs égaux – un par famille – où les habitants pouvaient construire de petites maisons de vacances et cultiver des légumes, des fruits et des baies. Cette idée de créer des datchas pour les roturiers avait plusieurs objectifs:

Russian Pod 101

– Premièrement, une personne engagée dans la construction ou le travail du sol fait immédiatement partie d’un groupe et donc moins sujette à l’alcoolisme et au parasitisme.

– Deuxièmement, la maison de campagne était (et est toujours) un excellent moyen de reprendre des forces et de retrouver sa santé en plein air.

– Troisièmement, chaque famille pourrait produire la quantité de fruits et de légumes dont elle a besoin, quel que soit l’état ou elle vit.

Bien sûr, un ensemble de règles a été créé pour les résidents de la datcha qui a changé au fil du temps. Par exemple, il était initialement interdit de construire des maisons solides et permanentes de plus d’un étage ou de construire un banya sur le terrain qui leur avait été attribué. Plus tard, ces règles ont été abandonnées et l’idée de construire des datchas a connu un grand succès.

Le morceau de terre de la datcha soviétique classique avait une petite taille – 600 mètres carrés (шесть соток, comme les gens l’appellaient, ce qui signifie “six cents”). Habituellement, un “six cents” comprenaient: une petite maison, un jardin pour la culture de pommes de terre, de carottes, d’oignons et d’autres légumes et herbes; des serres dans lesquelles on cultivait des concombres et des tomates; quelques pommiers ou pruniers; arbustes à framboises, à groseilles et à cassis; parterres de fleurs; parfois un banya ou un petit hangar pour garder des poulets, des moutons ou des cochons. Les familles avec datchas avaient un mode de vie assez identique, qui formait des relations privilégiées et stables, tant au sein des familles elles-mêmes qu’entre les dachniki (résidents de la datcha). Les voisins, par datcha, échangèrent des conseils sur la culture de diverses plantes, les femmes inventèrent diverses recettes pour transformer et conserver les légumes et les fruits cultivés, et dans l’ensemble, chacun était occupé à son propre type de travail. Les Dachniki étaient proches du rythme biologique de la nature: pour obtenir une bonne récolte, il est nécessaire de connaître les époques et les règles de semence, de cultiver correctement les jeunes plants et, enfin, de prendre soin du jardin pendant l’été.

Fille à la datcha, 1983
Fille à la datcha, 1983. Source: russiainphoto.ru.

La datcha est l’un des heritage de l’époque soviétique qui a été préservé jusqu’à présent. Dans la difficile période de transition des années 90, la datcha était un salut – grâce à la datchas, les familles pouvaient se procurer une quantité faible mais souvent suffisante de fruits et de légumes en période de pénurie totale de produits en magasin.

Looking for Spanish translators

À présent, maintenant que l’horreur des années 90 est oubliée, la datcha continue de jouer un rôle important dans la vie du peuple russe. Si vous observez les habitants de la ville de début mai à fin octobre, vous verrez comment les grandes villes se vident les week-ends. Des flots de voitures quittent la ville le vendredi soir et reviennent à la fin du dimanche. Beaucoup de ces voitures transportent les outils de jardin nécessaires à la culture de la terre et de divers pieds de plantes. Vous verrez également que les dachniki ne sont pas seulement des personnes âgées et des retraités. La datcha relie étonnamment des personnes de générations différentes, qui aiment sortir de la ville pour se reposer du bruit et se sentir plus proches de la nature.

0

L'auteur: Aleksandra Shilovskaia

Culturologue, étudiante en maîtrise à l'Université Herzen, professeur de russe en tant que langue étrangère et promotrices de la culture russe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *