Traditions de mariage russe: XVIIe-XVIIIe siècles

1+

Dans l’un de nos articles précédents, nous vous avons parlé des traditions de mariage des anciens Slaves. Dans cet article, vous découvrirez les traditions des mariages russes des 17-19 siècles.

Traditions de mariage russe: XVIIe-XVIIIe siècles

Mariages d’aristocrates

Aux XVIIe-XVIIIe siècles, les formes traditionnelles de mariage dominaient toujours: le marié demandait le consentement des parents, et ce n’est qu’après qu’une proposition officielle à la mariée avait lieu. Les relations amoureuses entre les jeunes avant le mariage étaient jugées indésirables. La jeunesse, dont la vision du monde a été en partie influencée par la romance européenne, a condamné la sévérité des exigences de la vieille école, les considérant comme une conséquence de l’ignorance de la génération plus âgée.

Au début du XIXe siècle, les traditions russes et européennes ont commencé à se mélanger. Par exemple, au lieu de célébrations qui duraient quelques jours, maintenant les jeunes mariés allaient en voyage ou au village immédiatement après la cérémonie de mariage. Mais dans les années 1920, les traditions nationales russes sont partiellement revenues et la fête de mariage a duré à nouveau trois jours et parfois plus.

L’«accord» dans les environnement noble était souvent caractérisé par une relative démocratie. Les jeunes pouvaient se rencontrer lors de bals, lors de visites, au service dans l’église, etc.

Les filles était autorisées à aller aux balles à partir de 16 ans. Là, les futurs mariés observaient la capacité de la jeune fille à se tenir en société, à communiquer avec les invités et les hôtes du bal et à danser. La danse était un moyen de se connaître personnellement et d’exprimer ses sentiments: chaque danse avait un sens caché. Les filles avaient des «cartes de danse» où elles notaient à qui elles donnaient telle ou telle danse (danser tout le temps avec le même partenaire était considéré comme un signe de faveur spéciale pour lui).

Pendant ce temps, les femmes non mariées n’étaient toujours pas autorisées à apparaître en public seules, encore moins à un bal. Même si la fille et le jeune homme s’aimaient, ils ne pouvaient pas être seuls l’un avec l’autre jusqu’au jour du mariage. Souvent, la seule façon de communiquer tet-a-tet était par le biais de lettres.

À Saint-Pétersbourg, les jeunes pouvaient également se rencontrer le jour des esprits qui tombe le 51ème jour après Pâques. Ce jour-là, dans le jardin d’été de Saint-Pétersbourg, des “visites” avaient lieu. Les mariés s’alignaient le long des allées du jardin avec des entremetteurs qui savaient tout sur le eux et pouvaient donner toutes les informations nécessaires. Les futures mariées marchaient le long de ces ruelles accompagnées de l’un des membres de la famille qui aidait à faire un choix.

Ce sont parfois les parents qui choisissent le partenaire de vie de leurs enfants. Cela pouvait conduire soit à une tragédie, le choix parental n’étant pas toujours apprécié par leurs enfants, soit à la création de familles heureuses et aimantes.

Souvent, une explication entre le jeune futur couple pouvait survenir plus tôt que lorsque le marié demandait la main de la mariée à ses parents. Les visites régulières d’un homme célibataire à la maison où vivait la mariée étaient également un signal à la société et aux parents des intentions de l’invité.

La noblesse de la famille, la situation financière du marié, la présence de liens jouaient toujours un grand rôle dans le choix des conjoints.

Au milieu du XIXe siècle, surtout après la réforme paysanne de 1861 et l’abolition du servage, les frontières de la noblesse commencent à se diffuser. De nombreux nobles, malchanceux, ont été contraints d’épouser de riches représentants des classes inférieures, le plus souvent des marchands. De telles alliances entre classes étaient bénéfiques pour les deux conjoints, mais étaient considérées comme honteuses dans un environnement noble.

Si vous voulez en savoir plus, les mariages nobles et tous les rituels qui leur sont associés sont décrits en détail dans la littérature classique russe, par exemple, par A.S. Pouchkine dans le poème “Eugene Onegin”, de L.N. Tolstoï dans le roman épique «Guerre et paix», ou par F.M. Dostoïevski dans le roman «L’idiot».

Deux couronnes de cérémonie de mariage orthodoxe
Deux couronnes de cérémonie de mariage orthodoxe

Traditions des mariages des paysans

Comme vous le savez, jusqu’en 1861 en Russie, si vous n’étiez pas aristocrate, vous étiez très probablement serf. La vie des serfs dépend entièrement du propriétaire terrien qui a le droit de contrôler non seulement le travail mais aussi la vie personnelle des paysans.

Parce que selon les coutumes slaves, après le mariage, les femmes allaient vivre dans la famille de leur mari, et comme les propriétaires fonciers n’étaient pas intéressés par la perte d’employés, les paysans devaient choisir un partenaire de vie dans leur propre domaine. S’il arrivait que des jeunes de différents domaines voulaient se marier, le plus souvent, cela se terminait de façon assez dramatique.

Les paysans pouvaient souvent choisir eux-mêmes leur futur conjoint. Cependant, le propriétaire foncier pouvait également décider avec qui il voulait les marier. En colère ou de rage, le propriétaire pouvait marier un vieil homme ou un estropié à une jolie jeune fille. La volonté du propriétaire ne pouvait être contestée. Cependant, c’était plutôt une exception qu’une norme.

blank

Un mariage de village était une variété de cérémonies et de traditions qui étaient caractéristiques de chaque localité mais avaient des caractéristiques communes. Malgré le caractère familial de l’événement, le mariage était une célébration pour tout le village.

Les mariages villageois étaient étroitement liés au calendrier agricole. Habituellement, les jeunes se rencontraient pendant les vacances de printemps, et il était de coutume d’organiser des mariages à l’automne, lorsque les travaux dans les champs étaient terminés, ou en hiver, lorsque les préparatifs de la nouvelle saison de travail n’avaient pas encore commencé.

Pour la fête d’Ivan Kupala en juin, un matchmaking avait lieu: de jeunes garçons et filles exécutaient des danses rondes avec des chansons, se montraient et choisissaient leur futur conjoint. À la fin de la journée, les couples qui décidaient de se marier devaient aller voir leur propriétaire pour demander la permission.

Dans l’ensemble, les rituels de l’époque suivaient les anciennes traditions que nous avons décrites en détail dans l’article précédent: d’abord les parents du marié envoyaient des entremetteurs à la maison des filles, puis les parents de la fille visitaient la maison du marié. Si les parties étaient satisfaites l’une de l’autre, «l’accord» était confirmé – le jour de l’annonce publique du mariage. Après cela, les préparatifs suivaient, y compris le cri rituel de la mariée et la soirée entre célibataires lorsque la mariée disait au revoir à ses proches femmes, reçevait des instructions et des cadeaux.

Le premier jour du mariage, la procession de mariage du marié (train de mariage) était envoyée à la maison de la mariée. Ici, la rançon du mariage commençait traditionnellement – le rite slave, dans lequel généralement le marieur, les amis, le marié lui-même ou les invités paient des frais réels ou symboliques pour laisser la mariée sortir de la maison. Ayant reçu la bénédiction des parents de la mariée, les jeunes allaient à l’église. Le mariage à l’église était le principal moment fort du rituel. Après le mariage, la mariée et le marié allaient chez le marié.

Icônes de mariage orthodoxe
Icônes de mariage orthodoxe

Un rôle important dans le rituel du mariage était confié à un ami et à d’autres responsables du mariage, tels que des marieurs et des copines. Habituellement, le rôle était joué par le même paysan qui connaissait toute la procédure pour organiser un mariage de plusieurs jours, les textes des prières, des poèmes, des calomnies, des contes de fées, des phrases. Le mariage au village durait de 3 à 7 jours.

Si parmi les serfs il y avait des familles plus prospères, alors le mariage pouvait être arrangé différemment. Dans les familles où il y avait plusieurs filles, il y avait une règle d’ancienneté, c’est-à-dire que les filles aînées devaient se marier avant les plus jeunes. Chaque future mariée préparait une dot: des serviettes brodées, des vêtements tissés, de cette façon, elle démontrait ses compétences, sa capacité à travailler dur et à bien gérer le ménage.

Conclusion

Nous vous avons parlé des coutumes et traditions du mariage en Russie aux 17e et 19e siècles. Dans le prochain article de cette série, nous parlerons des traditions du mariage après la Révolution. Restez en contact, et si vous avez des questions ou des suggestions, n’hésitez pas à les laisser dans les commentaires!

1+

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *